Le coup de l'élastique

A la faveur du vent soutenu qu'ils ont reçu depuis le Cap et de l'absence d'obstacle sur la route, les Minis se sont dispersés sur l'Atlantique (à l'exception d'un petit groupe formé par des Ofcet rochelais qui semblent décidés à faire route commune et dans lequel Bertrand n'est pas).
L’éparpillement devrait se réduire (le fameux coup d'élastique) car.... y a un trou! Et un gros! (dans les champs de vent).
En début de nuit, Bertrand a empanné pour remettre le cap plein Sud vers les Canaries mais aussi (faut bien y aller à un moment) vers le fossé de vent! Ce matin, il bute dedans et devrait y passer au moins la journée car: au fur et à mesure qu'il progresse (quand même un peu), le fossé s'élargit au-dessus de son mât et le (pour)suit. Journée à mettre à profit pour se requinquer dans les calmes et scruter la sortie du tunnel, entre la nuit prochaine et demain suivant les prévisions.
Encore faut-il qu'il arrive à les recevoir ces fameuses prévisions! Auquel cas, on devrait le voir s'orienter plutôt vers Madère, c'est à dire à l'Ouest de la route directe afin d'écourter le passage dans cette zone de calmes. A voir si ces coups d'élastique réduiront ou amplifieront les écarts au final. D'autant que le phénomène va se répéter à la hauteur de l'île portugaise.
C'est tout le charme des Minis. Contrairement aux "camions" du Vendée Globe, ils vont moins vite que les systèmes météos donc ils prennent beaucoup plus de risques quand ils s'éloignent de la route directe dans l'espoir d'avoir un meilleur vent. Autrement dit, ils ne couperont pas aux passages défavorables, il leur appartient uniquement de décider quand ils "s'y collent". Bertrand n'étant pas fan des options extrêmes, pour lui, c'est aujourd'hui et le pain est bien noir...

share