Ma-dé-ri-sés

Après quelques jours de descente variant entre "assez rapide" et "pas trop lente", l’élastique est en train de se détendre complètement.
Notre Bertrand se trouve juste avant le "mur" dans lequel les premiers sont déjà "tankés" et sur lequel tout le monde va irrémédiablement buter, lui y compris.
Il aura maintenu une très belle position dans la première moitié de la flotte jusque là mais les cartes sont désormais intégralement rebattues à 250 milles (environ deux jours) du but canarien. Dans un sens ou dans l'autre, personne ne pourrait s'avancer, il peut très bien en profiter pour gagner des places au redémarrage (s'il a lieu)!! Les écarts se réduisent drastiquement à mesure que l'arrière de la flotte rejoint l'avant arrêté par le manque d'air.
Pour preuve de ces circonstances inhabituelles et imprévisibles, la course est menée par Arthur-Léopold Léger, qui a dépassé Ian Lipinski. Pour les novices du circuit Mini, sachez que c'est du jamais-vu depuis que Ian a pris possession de son bateau actuel (considéré comme le plus affûté et abouti de la flotte). Et c'est pareil à tous les étages du classement.
Ajoutez à cela un climat désormais africain, nos skippers vont achever d'être confits après avoir été essorés par l'effort. Pour les gastronomes présents à Las Palmas, ne les ratez pas, ils seront à mon avis succulents....

share