Ouverture du score pour le 896 !

Je vais de nouveau tuer le suspens:

celle-là, je l'ai finie!

Donc, le compteur est ouvert. C'était l'objectif et c'est aussi un soulagement d'avoir validé ces 300 milles nautiques (environ 550 km) qualificatifs pour la transat.

Ça ne s'est pas fait tout seul, qu'on se le dise. Comme je débute encore en solo, ma principale préoccupation fût d'assurer. Ne pas pêcher par précipitation, tenir la distance, éviter la grosse casse et les petites boulettes...

Concentration absolue au briefing d'avant course (on copie même un peu sur les voisins...)

Faites ce que je dis, pas ce que je fais! Dès l'envoi de la grand-voile à la sortie du port, une fausse manip' et voilà la bastaque (un des câbles permettant de tenir le mât) qui saute de son logement. Me v'là bon pour un retour express au ponton (y avait largement le temps) pour remettre tout ça en ordre et aller prendre le départ sans encombre (merci aux supporters et à "l'esprit Mini" pour le coup de main).

De la baie de La Baule à Belle-île, les conditions passent de confortables à viriles et le vent de face (ça vous rappelle quelque chose??). On commence à avoir l'habitude, on est bien groupés avec les copains, ça progresse gentiment. Je navigue à mon goût et suis dans le match, tout va bien.

Par définition, la fatigue est insidieuse donc je n'ai pas vraiment réalisé qu'il était temps de faire demi-tour vers l'île d'Yeu et je prend le virage un peu large. Je voulais jouer la sécurité mais sans doute pas à ce point là.

Un premier envoi de spi de nuit parfaitement réalisé et il est temps de faire une première sieste de 20 min (la durée maxi de mes pauses pendant toute la course). Puis un empannage pour ajuster la trajectoire...mais trop tard !

Il s'avérera que c'était là le moment clé où se jouait le "passage à niveau". C'est comme ça que l'on surnomme en régate les moments où le vent varie (en force ou en direction, souvent les deux) et qu'un gros "trou" se créé entre ceux qui passent avant et ceux sur qui la fenêtre (ou la nasse, n'ayons pas peur des mots) se referme.

Je découvre donc au petit matin mon erreur et passe la matinée "encalminé" (de 6h30 à 13h30). Nous sommes une dizaine dans cette situation et malheureusement les copains se sont envolés devant ne rencontrant ces conditions que brièvement et surtout plus tard.

Les conditions resteront molles, je passerai donc un jour et deux nuits pour parvenir laborieusement jusqu'au Sables d'Olonne.

En revanche, j'arrive à bien réguler le capitaine et je suis donc assez frais à l'aube du troisième jour pour remonter vers l'île de Groix. C'est pas la porte à côté (environ 100 milles, 180 km) et le vent se recale pile dans mon nez (en course, c'est souvent la loi de l'emm..... maximum qui s'applique) donc je mets plus de 24 heures en finissant par tirer des bords pour parvenir à contourner l'île de la délivrance.

Le terme n'est pas exagéré car, ce coup-ci, c'est tout droit jusqu'à l'arrivée avec un vent plutôt portant.

L'allure est donc plus rapide et amusante et me permet de me mesurer à un camarade de jeu (Martin, skipper belge d'Extasea, Mini 721), ce qui égaye le sprint final. Je franchis la ligne d'arrivée juste avant la tombée de la nuit après plus de trois jours de mer.

Le bonhomme est en état et le bateau aussi, cette course me qualifie pour la suivante: tous les voyants sont au vert.

Je n'avais jamais passé autant de temps en mer et au large. Encore moins en solo et en course. J'ai eu toute la gamme de vent usuel et passé en revue presque toutes les voiles du bord. C'est une réelle validation de beaucoup de chose et un grand pas d'apprentissage.

J'ai adoré ça. Je suis ravi d'y être arrivé et j'ai surtout hâte que ça recommence.

Maintenant, retour à La Rochelle pour quelques mises à jour technique du bateau et préparation de la prochaine course en juin: on partira de Bretagne pour aller jusqu'en Irlande virer le mythique phare du Fastnet via la pointe des Cornouailles anglaises. Ce sera le point d'orgue de la saison. Tout un programme....

Pour refaire la course: Cartographie Pornichet Select

share